Press "Enter" to skip to content

Libres pensées d'un mathématicien ordinaire Posts

ar(X=5)iv

Connaissez-vous ar5iv ? En remplaçant le X de arXiv par 5 dans l’adresse d’un article sur arXiv, vous obtiendrez une version HTML5 de l’article ! Essayez par exemple avec le fameux

https://arxiv.org/abs/math/0211159

qui donne

https://ar5iv.org/abs/math/0211159

La conversion est faite avec LaTeXML, un moteur écrit en Perl qui transforme du LaTeX en XML et ses sous-produits comme HTML5. Cela fournit une alternative à la sortie DVI/PS/PDF habituelle. Cela ouvre des perspectives considérables, car les moteurs de recherche à terme vont pouvoir plonger dans les articles plus facilement.

Leave a Comment

The Donnas

The Donnas
The Donnas

Il se trouve que l’un de mes groupes de rock préférés est intégralement féminin : The Donnas (1993 – 2012), composé de Bret Anderson (chant), Allison Robertson (guitare, cœurs), Maya Ford (basse, cœurs), et Torry Castellano (batterie, percussions, cœurs). Nées en 1979, elles ont débuté leur aventure au collège, et le milieu très masculin du rock les a cataloguées durablement dans la rubrique « adolescentes excitées et un peu nazes ». Pourtant, de mon point de vue, leur Spend the night, sorti chez Atlantic Records en 2002, est une réussite de premier ordre :

Voici Fall Behind Me de l’album Gold Medal sorti en 2004 :

Si vous préférez les Fender Stratocaster aux Gibson Les Paul, passez votre chemin. Les Donnas ont donné beaucoup de concerts à travers le monde, et ont eu des difficultés à traverser la période Napster. C’est ce qu’on peut apprendre au travers des interviews de l’époque encore accessibles. Par certains aspects, on pourrait penser que Napster fut à la musique ce que Sci-Hub est à la publication scientifique. Cependant l’utilisation de Napster nuisait aux artistes tandis que l’usage de Sci-Hub ne nuit pas vraiment aux chercheurs.

Voici enfin un contrepoint humoristique : la déclaration de Pierre Desproges de 1986 sur le rock :

Leave a Comment

Encore et toujours à bicyclette

Itinéraire. Depuis septembre 2021, mon itinéraire à bicyclette pour aller travailler est passé de 10,5 à 17 kilomètres environ, avec une section dans Paris plus longue qu’auparavant. Il passe toujours par quatre départements : Yvelines (78), Val d’Oise (95), Hauts-de-Seine (92), Paris (75). L’aller n’est pas tout à fait le renversement du retour. Les grandes étapes sont les suivantes : pont de Bezons, place de Belgique, La Défense, pont de Neuilly, avenue Charles de Gaulle, porte Maillot, avenue de la Grande-Armée, place de l’Étoile, Champs-Élysées, place de la Concorde, pont de la Concorde et Assemblée Nationale, quais de Seine jusqu’à la place Saint-Michel, boulevard Saint-Michel jusqu’au Jardin du Luxembourg, rue Soufflot jusqu’au Panthéon, rue d’Ulm. Pour le retour : rue Soufflot, boulevard Saint-Michel, quais de Seine jusqu’au pont de l’Alma, pont de l’Alma, avenue Marceau, place de l’Étoile, avenue de la Grande-Armée, place Maillot, avenue Charles de Gaulle, pont de Neuilly, La Défense, place de Belgique, pont de Bezons. Courant 2022, la voie cyclable en encorbellement du nouveau pont du RER E permettra d’éviter le pont de Bezons. Il y a par ailleurs de nombreuses variantes, notamment le boulevard Saint-Germain à la place des quais de Seine.

Les menus plaisirs du matin et du soir ne manquent pas : La Défense vue du pont de Bezons, le trafic fluvial des péniches sur la Seine liées au port de Gennevilliers, la traversée de La Défense par les « racines du ciel », l’ascension vers l’Arc de Triomphe sur l’avenue de la Grande-Armée, la descente des Champs-Élysées, l’obélisque de la place de la Concorde, le fronton de l’Assemblée nationale, les quais de Seine, l’Institut de France, la cathédrale Notre-Dame et la fontaine Saint-Michel, l’ascension vers le Panthéon. Pour le retour : le Panthéon dans la lumière du soir ou l’éclairage de nuit, le dôme des Invalides et la tour Eiffel dans leurs robes scintillantes, La Défense de nuit vue du pont de Neuilly avec ses airs de City Lights. Imposible de s’en lasser.

Bicyclette. Comme d’autres, j’ai opté depuis plusieurs années pour un vélo de randonnée, avec une transmission ample, des freins puissants, un éclairage automatique à moyeu intégré (pour en finir avec les bateries à recharger), des porte-baggages solides, des garde-boues, des pneus de 35 increvables, et une béquille. Des pédales mixtes (cf. images ci-dessous) permettent l’utilisation de chaussures automatiques ou ordinaires. Les chaussures automatiques sont bien utiles quand on roule plus de 30 kilomètres par jour car elles permettent un rendement énergétique optimal, bien meilleur qu’avec des cales-pieds. Elles se déclipsent facilement un peu comme des fixations de ski. Un compteur permet de mesurer et comparer des distances et d’avoir l’heure, en un coup d’œil.

Hiver. Il existe des blousons spécialement conçus pour le vélo, phosphoréscents, qui coupent bien le vent, notamment au niveau du cou et des manches, et qui comportent une grande poche arrière bien pratique. Il existe également des pantalons en tissu respirant et à assise renforcée. Un poncho s’avère insuffisant pour protéger contre la pluie sur 17 kilomètres. Il est préférable d’avoir un blouson et un pantalon de pluie en tissu respirant, et des guêtres du même type faciles à enfiler ou alors des chaussures étanches. Une panoplie de gants permet d’avoir ni froid ni chaud, et d’éviter les dermabrasions en cas de chute. Un bonnet sous-casque tient chaud à la tête.

Antivol. Un Fahgettaboudit peut faire l’affaire. Lourd mais solide.

Casque. Un casque connecté permet de passer des appels téléphoniques rapides en toute sécurité, d’écouter la radio ou de la musique, et de communiquer avec d’autres casques en randonnée. Cependant ces casques sont souvent plus lourds et moins esthétiques qu’espéré.

Accidents. Les accidents ne sont pas rares et la vitesse est bien sûr un facteur agravant. Parfois difficiles à éviter, ils permettent souvent de mieux cerner les risques de certaines situations.

Leave a Comment

Accéder aux articles plus facilement

RNBM

L’extension Click & Read pour navigateur mise au point l’été dernier par l’INIST du CNRS réécrit les liens DOI contenus dans les pages web et ajoute une petite icône verte qui permet d’accéder aux versions payantes par abonnement ou aux versions ouvertes sur arXiv et HAL lorsqu’elles contiennent la meta-donnée DOI. Malheureusement, l’extension C&R ne permet pas pour l’instant de choisir la version au cas par cas, et donc en pratique ne dispense pas d’un copier-coller du DOI dans Sci-Hub (*). À ce propos, il existe également une extension Sci-Hub pour navigateur, dont le fonctionnement est un peu différent et assez complémentaire. Mais répétons-le, Sci-Hub est un service malheureusement illégal.

(*) Service illégal de mutualisation d’accès aux abonnements, très en avance sur son temps !

Scihub statistics

Lectures connexes.

Leave a Comment
Syntax · Style · .