Press "Enter" to skip to content

Month: April 2020

Une décennie de blog

Marshall McLuhan (1911 - 1980)
Marshall McLuhan (1911 – 1980)

Il y a dix ans, jour pour jour, naissait ce modeste blog avec un très court billet sur Louis Antoine. Plusieurs centaines de billets ont suivi depuis, parfois beaucoup plus longs. Tout n’est pas réussi, loin de là. Il faut tâtonner, caler un mode de rédaction de billet, un format. Ce temps passé à écrire ici reste une source intarissable d’excitation intellectuelle, de joie de synthétiser, de partager. Le savoir mérite d’être diffusé, les idées agitées, les points de vue exprimés. Cela convient bien aux travailleurs de la pensée que sont les universitaires. Se concentrer sur l’écriture, et laisser les moteurs de recherche faire leur indexation. C’est ainsi que certains billets de ce  blog sans prétention sont entrés dans la bibliographie de quelques articles de recherche. Une surprise, qui souligne l’importance actuelle de ce mode de diffusion de l’information, et qui pose aussi la question de la pérennité de l’auto-publication électronique. Ce type d’auto-publication échappe au dépôt légal et les dispositifs du type Wayback machine sont limités.

Une pensée pour Louis Antoine, devenu aveugle, puis mathématicien, géomètre.

Louis Antoine

4 Comments

Au nom de l’infini


Au nom de l'infini

Sur les conseils de plusieurs amis, j’ai fini par lire Au nom de l’infini, une histoire vraie de mysticisme religieux et de création mathématique, de Jean-Michel Kantor et Loren Graham, et je n’ai pas été déçu ! Ce livre est centré autour du développement de la théorie des ensembles  durant le premier tiers du vingtième siècle, à travers les vies d’un trio français formé d’Émile Borel, René Baire, et Henri-Léon Lebesgue, et d’un trio russe formé de Dmitri Egorov, Paul Florensky, et Nikolaï Lousine. Bien d’autres personnages petits et grands peuplent ce livre, dans les tourments de l’époque. L’accent est mis sur la dimension humaine et sociale de la science, et c’est ce qui en fait le sel. Le texte fourmille d’informations étonnantes, et restitue certaines controverses et grands bouleversements qui ont agité les mathématiciens, et qui continuent à habiter les esprits sous diverses formes, bien souvent à leur insu. Sont abordés entre autres aspects les liens entre religion et mathématiques, l’opposition entre mysticisme et rationalisme, intuitionnisme et axiomatisme, la naissance de l’école mathématique de Moscou, la comédie humaine, l’arbitraire, l’absurde, l’inattendu, le choc des générations, la dimension internationale, la crise des fondements, le positivisme, le structuralisme et son instance bourbakiste, la force et la faiblesse du langage, les voies de la créativité, … Une énergie fantastique et parfois tragique se dégage de cet entrechoc d’humanité et d’absolu. Parmi les éléments étonnants ou passionnants, figure le fait que Andreï Markov a introduit ses fameuses chaînes pour démontrer que la loi des grands nombres restait valide au delà de l’indépendance deux à deux et répondre ainsi aux mystiques pour qui cette émergence d’un déterminisme à partir du hasard était une négation du libre arbitre ! Ce livre mérite d’être lu par tous les esprits épris ou curieux de mathématiques.

Le livre est également disponible en anglais sous le titre Naming Infinity: A True Story of Religious Mysticism and Mathematical Creativity., par Lauren Graham et Jean-Michel Kantor.

Last Updated on 2020-04-26

3 Comments

Recherche et développement


Chine-USA

Avez-vous déjà jeté un œil au montant des dépenses en recherche et développement (R&D) des grandes firmes du numérique ? Pour 2018, le budget R&D de Amazon semble dépasser les 20 milliards de dollars. Il y a ensuite celui de Alphabet, la maison mère de Google, à plus de 15 milliards, puis celui de Microsoft, Samsung, Apple, et Huawei, entre 10 et 15 milliards chacun, et ensuite celui de Facebook et Cisco à près de 7 milliards. Vous ne remarquez rien ? Ces firmes sont toutes américaines, chinoises, ou coréennes, aucune n’est européenne. Les champions européens Ericsson, et Nokia qui a absorbé Alcatel-Lucent en 2016, ne sont qu’à 4 ou 5 milliards. Au delà du numérique, les champions français de la R&D semblent être Sanofi puis Renault, qui ne font pas vraiment mieux que Nokia. Vous manquez de repères ? Sachez que 1% du PIB de la France représente en 2018 environ 25 milliards. Quant au budget de la R&D française sur le numérique, comment dire… ? Pour être au niveau des États-Unis ou de la Chine, ce n’est pas la France mais l’Europe qui devrait faire preuve de cohésion et d’ambition.

Le petit exemple de la solution de visioconférence Jisti est symptomatique : lancé par le bulgare Emil Ivov à l’Université de Strasbourg, ce projet a finalement rejoint l’entreprise américaine 8×8.

Soutenir OVHcloud ou Qwant à bout de bras va-t-il suffire ? On peut en douter.

Les GAFAM – Google, Apple, Facebook, Amazon, Microsoft – ne sont pas votre tasse de thé ? Vous avez une âme anarchiste douce ? Il est possible de leur tourner le dos comme le fait CHATONS, le Collectif des Hébergeurs Alternatifs, Transparents, Ouverts, Neutres et Solidaires. Ce collectif rassemble des structures souhaitant éviter la collecte et la centralisation des données personnelles au sein de silos numériques du type de ceux proposés par les GAFAM, prône la décentralisation, et tente d’essaimer son modèle sous diverses formes économiques. D’autres préféreront la cryptographie et l’indépendance affichée par ProtonMail, Tutanota, Signal, Wire, …

Notez bien qu’en matière de silos de données et de protection des données personnelles, il faut faire la distinction entre les services numériques gratuits comme Gmail pour lesquels l’utilisateur paye avec ses données, et les services commerciaux comme Gmail de G Suite qui protègent les données personnelles contractuellement. D’autre part, rien n’empêche d’utiliser des logiciels libres pour produire un service numérique qui piste ses utilisateurs et qui exploite leurs données personnelles. Le concept de logiciel libres, issu des années 1980, est vertueux sur le plan moral mais n’intègre pas directement la responsabilité sociale des algorithmes et la protection des données personnelles. Le règlement général sur la protection des données (RGPD) européen, qui date de 2016, apporte une réponse sur ce plan, quels que soient les logiciels utilisés.

Connexe.

Point de vue. Octave Klaba, fondateur de OVHcloud, champion français :

https://www.youtube.com/watch?v=iCEnOJReIBc

Last Updated on 2020-06-13

Leave a Comment
Syntax · Style · .